Bon anniversaire Laurent !

Aujourd’hui, tu as 17 ans, mon cher Laurent. Je te souhaite un bon anniversaire rempli d’amour et de joie. Même si la Covid 19 t’empêche d’avoir le plus de monde à tes côtés, en particulier tes amis et tes grands-parents, nous allons nous débrouiller grâce à Face Time et à Skype. Nous allons chercher à garder le « normal » vivant !

« Normal » est un mot qui, justement, ne nous colle pas à la peau. Depuis que l’on sait que tu es autiste, en fait bien avant que l’on obtienne ce diagnostic et que nous pataugions dans ce lac étrange de l’immaturité neurologique, « normal » n’a jamais figuré dans notre vocabulaire. Ce qui semble normal pour toi et un peu pour moi aussi, tient dans ce qui est désormais l’emploi du temps de tous les « normaux » qui nous entourent.

Donc, lorsqu’une situation devient tout à fait atypique, comme le confinement, pour toi c’est un peu comme une journée qui reflète bien ta « normalité » : du moment que tu as accès à ton ordinateur, tes films de Winston Churchill, tes livres et tes nombreuses statistiques de l’Impact de Montréal, tes journées coulent comme une pièce pour piano d’Edvard Grieg : précise, bien calculée, bien balancée. Tes spécialistes te rencontrent sur Zoom, tu as ton cours de cuisine les samedis matins, nous permettant, ta mère et moi, d’obtenir une heure de répit. Et s’il fallait recommencer la classe en ligne, tu le ferais sans broncher parce que d’une part, le premier ministre t’aurait demandé de le faire et ce que dit le premier ministre, toi qui ne niaise pas avec les règles et qui collectionne agendas et calendriers pour une planification optimale de tes journées… D’autre part parce que ta concentration est optimale. Sauf, bien sûr, lorsque tu recherches des informations sur Joe Biden.

Je sais que les contacts te manquent. Les contacts humains. Voir tes grands-parents « en vrai », aller au cinéma avec tes amis, t’asseoir dans la salle avec ton gros popcorn et ton thé glacé, prendre un repas chez Cheval… On est capable de sortir de notre Spectre et de parler aux autres, tout en respectant notre cerveau qui travaille un peu plus pour emmagasiner toutes les informations que nous captons. Lorsque cela arrive, je le sais bien, il faut un temps d’arrêt, permettre à tes neurones de souffler, accepter écholalies et stimming qui s’occupent du processus.

Cette nouvelle année dans ta vie en sera une de défis. Outre la pandémie que nous devons traverser, il faudra que tu réussisses ton stage d’aide-cuisinier dans ton programme FMS et passes dans tous tes cours. Il faudra gagner encore plus d’autonomie, plus de confiance dans tes moyens. Il te faudra aussi une société qui saura enfin t’accepter tel que tu es et qui sera capable de te donner autant de chances qu’on en donne aux neurotypiques.

Mais pour l’instant, profite du moment, laisse-toi fêter et laisse-toi aimer.

Bon anniversaire mon grand

Je t’aime

Ton père Patrice

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

Up ↑

%d blogueueurs aiment cette page :