ÉHDAA : attendre

Jean-François Roberge et Mathieu Lacombe, respectivement ministre de l’Éducation et ministre de la Famille, m’ont ramené hier à ma réalité de père d’un enfant qui « n’est que » ÉHDAA »… Et sans doute que plusieurs autres parents ont ressenti la même chose.

On s’empresse d’ouvrir les écoles primaires pour, notamment, permettre aux élèves en difficulté d’apprentissage de bénéficier de tout le soutien pédagogique nécessaire pour avancer. Certains prétendent que c’est pour repartir l’eau dans les turbines de l’économie mais pour moi, c’est un autre débat.

Effectivement, c’est important de NE PAS PERDRE LES ACQUIS!!!!! On le sait donc, hein ??? Les fameux acquis !!! Plus on est jeune, plus on doit s’attaquer rapidement au problème !!!! Alors soit, c’est en forgeant qu’on devient forgeron, battons le fer pendant qu’il est encore chaud et tutti quanti.

Mais au secondaire, on dirait que c’est comme l’autisme, la Tourette, le TDA ou la DI après 21 ans : ça disparaît comme par magie.

Les professeur.es semblent laissé.es à eux-mêmes en ce qui a trait à la pédagogie en ligne. Heureusement que la prof de mon fils n’a pas attendu de directives pour mettre son plan de l’avant. Que se passe-t-il avec les programmes FPT et FML ? Y aura-t-il des formations à distance pour eux et elles ? Les élèves à Peter-Hall et Giant Steps, que leur arrivent-ils ?

Lorsque des programmes en ligne seront (espérons-le!) proposés, comment les familles réussiront-elles à les appliquer ? Nous avons la chance inouïe de pouvoir travailler de la maison, ma femme et moi. Donc, pour le suivi avec Laurent, c’est très facile. Mais pour une mère monoparentale ? Un père et une mère qui doivent travailler à l’extérieur ? Un enfant qui n’a de matériel informatique à part un téléphone ? Il y en plus qu’on pense ! L’école leur fournissait un portable L’école publique garantissait une certaine égalité. Là, elle est où à présent ?

Pour les élèves qui font face à cette maudite croisée des chemins qu’on cherche trop souvent à imposer de force ? Ce choix déchirant (et décidé d’avance) entre poursuivre ses études ou aller en FPT / FML … Que va-t-il se produire ? On prend le temps de donner la chance aux élèves, notamment ceux et celles qui ont quelques cours en régulier ou allez hop, on joue à « c’est moi qui décide » ? Avant la pandémie, on a consenti à Laurent le droit de suivre des cours de géo/histoire, puis de français, dans le secteur régulier. À l’heure actuelle, on ne peut vérifier l’état de sa progression dans le régulier. Est-ce que la direction de son école va en profiter pour nous imposer une bois fois pour toute le FPT ? D’autant plus que le nombre d’élèves autistes dans le secteur primaire de la Commission scolaire Pointe-de-l’île a encore augmenté… Ils ont besoin de place au secondaire. Vous me voyez venir ?

Mais bon, c’est le secteur des ÉHDAA… Il n’y a rien qui presse, vraiment. On fait semblant d’en tenir compte et on attend. Attendre… attendre… j’ai l’impression qu’on ne fait que ça.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

Up ↑

%d blogueueurs aiment cette page :