Un problème de communication pour Joseph Facal ?

Bonjour Joseph. Je m’excuse de venir remettre en question votre liberté totale d’expression si chère à vos yeux, ainsi qu’à vos collègues du Journal de Montréal, mais votre dernière allusion à l’autisme m’a fait carrément sursauter.

Vous ignorez de quoi je cause ? Voici vos propos : « Cela dit, il y a peu de domaines où les résultats de la recherche sont aussi éloignés de cet omniprésent discours jovialiste, autistique et moralisateur ». C’était dans une chronique sur l’immigration parue le 6 décembre sur le journaldemontreal.com 

Euh… 

Vous dénoncez la présence d’un discours jovialiste, autistique et moralisateur… 

Qu’est-ce que vous voulez dire au juste, mon cher ami ? Qu’est-ce que « autistique » vient faire là-dedans ? Faisons-le tour, d’accord ? On le fait gentiment, sans méchanceté. On n’est pas comme ça, même si parfois, nous en avons par-dessus la tête d’entendre vos petits préjugés ordinaires. 

« Autistique » au sens que c’est un discours qui… ne fait pas de sens ? Pourtant, lorsqu’un autiste me communique quelque chose, il y a toujours un sens. Il suffit de faire un effort pour le décoder. Lorsque Laurent cherche à me spécifier un truc ou deux en empruntant les délires verbaux du capitaine Haddock, je comprends fort bien ce qu’il veut dire. Même lorsque j’emploie des citations de films pour faire valoir un point à mon père, on finit toujours lui et moi par se rejoindre. 

Sinon c’est quoi ? Qu’un autiste ne sait pas communiquer quelque chose ? Revoir le paragraphe du haut. Ou alors… « autistique » au sens d’être dans sa bulle ? Son petit monde ? Ouh ! Le mépris… Si c’est ça, que c’est méprisant ! Que c’est facile et tellement pas représentatif de votre grandeur intellectuelle. Au fait, il était quelle heure lorsque vous avez pondu ce texte ? Vous auriez pu écrire « inatteignable », « dans sa bulle » (simplement), mais pas « autistique ». 

J’ai beau vouloir ignorer vos propos ahurissants, ne pas m’insurger parce que vous ne présenteez pas d’excuses, je ne peux malheureusement m’y faire.

J’ai beau tenter de comprendre votre position, sauf que la liberté d’expression n’exige pas non plus de dénigrer un groupe de personnes pour faire valoir vos propos. Parce que c’est du comportement néotypique primaire. Pour vous, il n’y a qu’une façon de voir les choses, de penser, d’agir, de performer, de travailler, de réfléchir : la manière neurotypique et puis basta. Les « autres », bien ce sont des handicaps. Et des handicaps, on peut bien sûr les utiliser pour illustrer tel ou tel propos puisque vous, mon cher Joseph, vous êtes neurotypique et toute la société fonctionne uniquement pour des personnes comme vous… 

Il faudrait y penser la prochaine fois. C’est comme « dialogue de sourds » ou « discours d’attardés ». 

Bien à vous. 

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Propulsé par WordPress.com.

Up ↑

%d blogueurs aiment ce contenu :