Visiter l’Italie « autrement »

Nous sommes de retour d’un fabuleux séjour de trois semaines dans l’un des intérêts spécifiques les plus importants de Laurent : l’Italie.

DSC_0335

Tout s’est bien déroulé. Laurent s’est beaucoup amusé, a beaucoup appris sur l’art, l’architecture, la politique, les journaux et les différents parfums de gelati. En outre, il s’est développé d’autres intérêts, notamment l’achat de modèles réduits des principaux monuments qu’il a visités. Depuis, dans sa chambre, il y a ce qu’on peut appeler une « petite petite Italie » !

Bon Dieu qu’il a marché, notre Laurent ! Personne ne l’a forcée à le faire. Au contraire, c’est surtout à sa demande si nous nous sommes tapés des kilomètres et des kilomètres de marche, notamment pour visiter le Colisée et le Foro Romano dans ses moindres détails.

Ainsi donc, les voyages forment certainement la jeunesse et, par le fait même, l’endurance physique. Et Laurent, lorsqu’il sait exactement où l’on va, à quelle heure et pourquoi, il peut marcher des jours entiers !

Par respect pour que tout soit bien clair et précis pour Laurent, un voyage comme celui-là a nécessité beaucoup d’organisation, de calcul et d’explications.

Faire participer l’enfant dans la planification, le choix des villes et des choses à visiter nous est apparu important. Surtout dans le cas de ce voyage, car comme je l’ai mentionné ci-haut, il s’agit d’un périple dans le grand intérêt spécifique de Laurent. S’il n’a pas son mot à dire, c’est moche.

Pour qu’un voyage comme celui-là soit agréable, il est nécessaire de satisfaire les goûts de tous et chacun. Par le fait même, on ne doit pas oublier de  respecter le rythme de tous et chacun ! Pour y arriver, nous préférions demeurer au moins quatre jours dans chaque ville visitée, afin de ne pas imposer à Laurent un horaire de tournée de rock star.

DSC_2102

C’est bien beau les chewy tubes et les fidgets, sauf que la fatigue va finir par tout désorganiser Laurent. Et là pour une crise… la table est mise ! J’en sais quelque chose…

Cela donne le temps à Laurent d’emmagasiner et de comprendre toutes les nouvelles choses qu’il découvre. Déjà que je n’aime pas trop de bourrage de crâne scolaire, je ne commencerai pas avec un bourrage de crâne touristique ! Surtout que l’Italie, si vous voulez mon avis, devrait être déclarée AU COMPLET patrimoine de l’humanité de l’UNESCO.

Donc, un maximum de quatre jours par ville, un rythme de visite « humainement » raisonnable, c’est-à-dire deux à trois attractions touristiques par jour. Pas une de plus. Plus particulièrement à Rome où Laurent tenait mordicus à visiter le Panthéon et surtout le fameux Colosseo ! Nous y sommes d’ailleurs restés environ 3 h à admirer les moindres particularités de son architecture, écouter en détails les explications de notre guide et prendre le temps de bien choisir LE livre qui saura satisfaire la curiosité de fiston.

Dans des lieux touristiques qui connaissent un lourd achalandage, il faut prévoir quelques articles « autist friendly », notamment des coquilles anti-bruit et quelque chose à mâchouiller, par exemple un collier mâchouille Lego ou un fidget antistress.

La prise de Biphentin chaque matin à 7 h impose un horaire très bien défini, comme Laurent les aime ! Il faut aussi prévoir les imprévus… Des imprévus du genre « Ah! Cette église me semble belle, si nous allions la visiter? » ou « Tiens, arrêtons dans cet Autogrill pour prendre une collation et aller à la toilette ». Des imprévus « agréable » mais qui ne peuvent trouver une place prépondérante dans un horaire détaillé à la Laurent. Pour convaincre, l’argument de « poids » était la photo.

Laurent découvre en photo, explore en photo et s’amuse en photo. Il adore en prendre et je peux dire qu’il y a l’oeil pour ça ! Souvent, il se met en tête qu’il est un reporter et, à sa manière, propose en images le bilan de sa journée. C’est un intérêt spécifique qui en aide un autre, quoi !

Ce qui m’amène brièvement à écrire sur l’avion. Parce que… 8 h 30 de vol à l’aller et plus de 9 h au retour, il faut prévoir de quoi occuper. Livres, musique, vidéo, etc. Généralement, Laurent aime bien prendre l’avion. Peu de choses vont le surexciter, sauf peut-être lorsque vient le temps de demander à l’agente de bord ce qu’il veut boire, manger, etc. Autrement dit « commander ». Là, on ne peut pas intervenir !

Finalement, je dois dire que l’accueil des Italiens a été formidable. Pour eux, Laurent était tout simplement… Laurent. Même qu’à Firenze, au restaurant The Grove (notre quartier général florentin), on était soufflé par ses connaissances en matière de chanteurs italiens. Oui, un autre intérêt très spécifique !

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Up ↑

%d blogueurs aiment ce contenu :