Un salut peu banal…

Hier soir dans sa chambre, Laurent lisait un livre sur la Deuxième guerre mondiale. C’est un sujet qui le passionne.

Soudain, voulant faire comme Hitler sur une illustration, il se leva et devant le miroir de sa chambre, fit un salut nazi…

-Laurent ! Mais qu’est-ce que tu fais là ?????

-Je fais comme sur la photo, papa !

-Mais quelle photo ?

-Celle-là !

Il me la montre. En fait, c’est une illustration d’Hitler qui « salue » ses troupes en faisant le fameux salut romain…

-Je faisais le dictateur, papa. Comme s’il me disait « je colle mes collants de hockey dans mon livre Panini » ou « j’ai étendu du sirop d’érable sur mes crêpes ».

Il y a une notion « imitation » dans le jeu de Laurent qu’il faut prendre en compte. Je sais bien que son « salut » n’avait rien de méchant. Je sais que mon fils n’est pas devenu nazi en l’espace de quelques secondes. Sauf que moi, l’adulte, je n’ai pas pris le temps d’entrer dans la bulle de mon fils et de lui calmement « Laurent, à quoi tu joues au juste? »

-Mais Laurent, tu ne peux pas faire ça ???!!! Tu ne peux pas faire comme Hitler, voyons !!!!

-Pourquoi Hitler, lui a le droit ?

-Pardon ?

J’ai pété un câble. Un « câblinet ». Un tout petit. Comme une corde de guitare. La première. Celle qui sonne comme une basse.

-Ce n’est pas une question d’avoir le droit ou pas, Laurent ! C’est une question de Mal ! Hitler a fait des choses très mal ! Je pèse tous mes mots parce que je ne peux parler en métaphore, Laurent ne comprendrait rien. Pour ça, il est comme Christopher Boone, le héros du livre Le Bizarre incident du chien pendant la nuit.

Oui, j’ai hurlé. Oui, j’ai pu sembler sévère. Laurent a eu peur, il a pleuré. En me lançant dans un plaidoyer antinazi et antifasciste assez intense, je n’ai pas tenu compte de sa sensibilité aux bruits. Dans des moments comme ça, c’est plus fort que moi. Cela s’appelle « Parentspliquer » version homme.

Hitler, c’est la création d’une race aryenne. Il la croyait supérieure aux autres races. Pour assurer sa pureté, il fallait éradiquer tout ce qui pouvait aller à l’encontre des aryens.

-Tu vois où je veux en venir, Laurent ? Les Juifs, les tziganes, les homosexuels comme Benoît et Sylvain, tous ceux et celles qui ne pensaient pas comme les nazis, tous ceux et celles qui nuisaient à la perfection de la race aryenne comme les handicapés intellectuels, les « asociaux », les autistes, les épileptiques, des… des gens comme toi, comme tes camarades de classe, oui. Tu sais ce qu’on faisait ? On les tuait. Ceux et celles qui avaient des malformations, on les tuait. Avant, on les rendait stériles. Ça, ça veut dire qu’ils ne pouvaient plus avoir d’enfants. Après, on les a tué. C’était sans doute plus facile. On en profitait aussi pour faire des expériences sur eux. Les médecins faisaient croire aux parents qu’ils allaient être pris en charge par le Reich, qu’ils allaient être internés. C’était même pas vrai, Laurent !

Je suis en pleine charge verbale. Je n’arrête plus. Je suis Cicéron en pleine conjuration.

-Continue d’imiter Charles de Gaulle ou Churchill devant ton miroir. Continue de réciter le fameux discours de Roosevelt après la bataille de Pearl Harbour. Continuons de t’intéresser aux résistants français et aux résistants italiens, mais Hitler et Mussolini… c’est non !

Il voulait jeter son livre sur la Deuxième Guerre mondiale à la poubelle.

-Pas jusque là quand même, mais cela va peut-être te faire comprendre qu’il n’y a pas que de gentils dans le monde.

 

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Up ↑

%d blogueurs aiment ce contenu :