À ma femme pour la fête des mères

Pulcettina (petite puce en italien)

Tu en es à ta quinzième fête des mères.

Quinze fêtes uniques. Quinze célébrations qui t’ont toujours touchées et émues. Quinze journées qui te rappelent que ton chemin dans la maternité est tout sauf ordinaire.

Plein d’amour, plein de tendresse, plein de moments magnifiques et inoubliables. Plein de frustrations, de (nombreuses) remises en question, de craintes justifiées, de désirs bien évidents de vivre une maternité ordinaire…

Ordinaire, au sens de régulière. Au sens de « Fleuve tranquille sur lequel nous voguons sur un magnifique voilier blanc – je porte la tenue du Chevalier blanc comme Gérard Lanvin – Tu es vêtue comme Anna Magnani qui chante Ciuri Ciuri dans le film Vulcano – Laurent est calme et se la joue comme Toto adolescent dans Nuovo Cinema Paradiso – les spécialistes sont sur le bord de l’eau, se font des pique-niques et ne nous saluent pas PARCE QU’ILS NE NOUS CONNAISSENT PAS !!!!!!!

Elle ne l’est pas, justement.

Malgré cette longue « ride » dans les Space Mountains mais avec les lumières allumées (tu comprends très bien cette métaphore), malgré les embûches qui reviennent constamment comme des nids de guêpes, malgré tout et malgré rien, malgré les jours où tu te juges sévèrement par rapport à ton rôle de mère, sache que tu es extraordinaire.

Laurent progresse grâce à toi. Laurent est rendu là grâce à toi. Laurent acquiert de plus en plus d’autonomie grâce à toi. Laurent devient un homme extraordinaire grâce à toi…

MÊME si parfois, tu crois que tu es mauvaise mère (ce que tu n’es pas)

MÊME si parfois, tu penses que tout le monde pense que tu es mauvaise mère (ce n’est pas vrai)

MÊME si parfois, tu penses que tu ne lui montres pas assez d’amour parce qu’il t’exaspère dans ses manies, te répond parfois mal à tes questions et j’en passe.

Dans le doute, prière de relire l’introduction de mon livre Papautisme.

Merci de comprendre que je t’aime dans mes silences. Que je t’aime quand je monte au salon et que je travaille sur mes textes pendant que tu fais autre chose. Que je t’aime quand tu parles beaucoup. Que je t’aime quand tu me parles italien. Que je t’aime parce que tu es extraordinaire.

Patrice xxx

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Up ↑

%d blogueurs aiment ce contenu :