Les racines du cynisme

Après avoir terminé de compiler mes informations en vue de mon rapport d’impôt, je me suis assis confortablement sur ma chaise et j’ai terminé mon thé Earl Grey.

J’en ai profité pour me sonder un peu et comprendre ce cynisme qui m’animait ces derniers temps, surtout lorsqu’on parle des politiques. Cet exercice routinier, annuel, contraignant mais nécessaire m’en a donné la réponse…

C’est qu’à la demande de Revenu Québec qui m’avait offert une mise en garde la « saison » dernière, je n’ai pas déclaré mes dépenses en orthophonie, ergothérapie, psychologie, ainsi que toutes les dépenses d’atelier de cuisine, d’éducation physique, de musique, etc.

Pourquoi ? Parce que Revenu Québec veut pas les reconnaître. Tant que ce n’est pas médical, on ne peut pas le déclarer. Donc, toutes les factures des rendez-vous avec tous les spécialistes, ainsi que celles des activités sportives et culinaires pour améliorer la motricité fine de Laurent, je les ai gardées dans une grande enveloppe. Ça peut servir, on ne sait jamais.

Parallèlement, je ne suis pas éligible aux subventions québécoises qui me permettraient d’amortir mes coûts, voire mes investissements dans le bien-être de mon fils.

Donc ? La caisse, c’est par là. Donne ton chèque, merci, au revoir et reçois peu de service en retour…

Québec, la province la plus taxée en Amérique du Nord, « balbutie » des petits services à gauche et à droite. Et on attend toujours les résultats du Plan autisme de la ministre Charlebois annoncé en grandes pompes l’an dernier… Semble-t-il qu’encore beaucoup trop de monde attend après des services qui n’arrivent pas. Comment ça se passe de votre côté ?

On aime tellement les listes d’attente au Québec, n’est-ce pas ?

Attendre pour une colonoscopie ou un IRM alors qu’on ignore si un cancer progresse en nous.

Attendre 434 jours avant que l’on puisse accéder à un médecin de famille.

Attendre pour un diagnostic d’autisme et des services adéquat d’orthophonistes, d’ergothérapeutes, d’orthopédagogues, évitant d’hypothéquer une génération d’enfants « différents ».

Nos ministres préfèrent les « bonnes nouvelles économiques » avec leurs « surplus » qui ne sauvent rien d’autres que leur beau derrière aux prochaines élections.

Ensuite, on ne veut pas que je sois cynique…

« Attendons » les élections pour leur envoyer un message !

 

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Up ↑

%d blogueurs aiment ce contenu :