Autisme, intimidation et moqueries

On croyait que la rentrée allait bien débuter pour Fils. Jusqu’ici tout allait bien. Sauf que mercredi soir à la descente de l’autobus, le chauffeur informe ma femme d’un incident survenu entre notre enfant et des jeunes de secondaire III et IV…

C’est le genre de nouvelle que tu ne prends pas à la légère !

Surtout quand le chauffeur te dit que ton fils a frappé un autre élève…

Sur le coup, le mode panique s’installe automatiquement.

-Laurent, dans mon bureau.

-Hein ?

-Laurent, dans mon bureau.

Ma femme ne sait plus où donner de la tête. La rentrée avait bien démarré, comme je le mentionne plus haut. Pourquoi du trouble tout de suite ???

Je sens Laurent nerveux. Il se désole d’avoir commis ce geste « d’agression » selon les dires du chauffeur. Je commence d’abord par le calmer ; je lui demande ensuite de me raconter tout depuis le début. Il doit bien y avoir une raison pour ce coup !

Tranquillement, le chat sort du sac : deux élèves de secondaire IV demandent à Laurent de venir les voir. Sont-ils autistes ? « Non », je dis Fils.

-Est-ce tout, Laurent ?

Non. Les deux jeunes lui demandent de donner un coup à un autre jeune qui, nous l’apprendrons plus tard par la bouche de la directrice de secondaire I et de l’enseignement spécialisé, est de connivence avec les deux autres…

Leur manège est simple : ils demandent à un élève d’une classe spécialisée de rudoyer un autre élève qui est leur complice. Ce dernier va se choquer et donner une râclée à la victime, juste pour rire.

Dans le cas de Laurent, heureusement que le chauffeur d’autobus a agi rapidement. Ainsi, il n’a rien subi

Mais il a eu peur. Et ça, ça fait aussi mal qu’une baffe.

On a fait peur à mon fils. Et ça aussi, ça fait autant mal qu’une baffe !

De notre côté, nous avions immédiatement laissé un message à la psychologue et l’éducatrice spécialisée de Laurent qui se sont rapidement occupées du dossier. Même chose du côté de la directrice qui nous a rappelée immédiatement pour nous rassurer et nous expliquer les politiques de l’école secondaire en matière d’intimidation : tolérance zéro.

Les trois lascars ont été rencontrés par les autorités de l’école et deux d’entre eux ont avoué. Ils ont été barrés du transport scolaire pour une durée indéterminée. Qui plus est, ils devront suivre des séances d’information sur l’autisme.

Chaque année, les élèves neurotypiques se font clairement avertir qu’ils partagent leur école avec d’autres élèves qui ont diverses difficultés au chapitre de l’apprentissage. Il faut croire que ces trois-là n’écoutaient pas…

 

 

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Up ↑

%d blogueurs aiment ce contenu :